L’Europe, un trésor

Dialogues citoyens L’Europe, un trésor

À Iéna, la chancelière fédérale a discuté avec des citoyennes et citoyens de l’avenir de l’Europe. La protection de l’environnement, la sécurité, les migrations et l’Europe en tant que communauté de valeurs, tels étaient les sujets au cœur de ce débat. Il nous faut préserver l’œuvre de paix qu’est l’Europe, estime Angela Merkel.

Angela Merkel dialogue avec les citoyens à Iéna

Il faut mettre l’accent sur les valeurs communes dans les débats sur l’Europe, affirme Angela Merkel

Photo : Bundesregierung/Steins

Dans un centre culturel, l’« Imaginata », aménagé dans une ancienne sous-station électrique, une soixantaine de personnes intéressées disposaient de 90 minutes pour poser leurs questions sur l’Europe à la chancelière et faire part de leurs expériences et opinions personnelles.

Cette discussion très ouverte et animée a porté à maintes reprises sur des problèmes politiques concrets, tout en soulignant la valeur de l’Europe comme grand projet de paix.

Comment l’Europe se comporte-t-elle avec les réfugiés ?

De nombreuses questions avaient trait à la gestion de la crise des réfugiés. Mme Merkel a souligné vouloir « que ceux qui viennent chez nous [le fassent] par des voies légales ». Comme elle l’a reconnu avec honnêteté, c’est seulement après les événements de 2015 que la coopération au développement a réaugmenté massivement. Par ailleurs, Mme Merkel a défendu une nouvelle fois l’accord de l’Union européenne avec la Turquie conçu comme un « prendre et donner ». Enfin, il faut aider la Turquie, a-t-elle dit, à prendre en charge les réfugiés à proximité de leur pays d’origine, dans l’intérêt des deux parties.

Pour encore améliorer l’intégration des réfugiés, on procède actuellement avec la France et les Pays-Bas à un échange sur les « bonnes pratiques », a-t-elle poursuivi. L’important consiste à mettre plus l’accent sur ce qui fonctionne et à ne pas toujours se concentrer sur les échecs. Sur ce point, la chancelière et les participants partageaient le même avis.

Appel à renforcer la coopération européenne

L’Europe peut être renforcée en entreprenant davantage de grands projets communs, a fait remarquer la chancelière. Elle a nommé en particulier la réactivation d’une production européenne de puces électroniques, la fabrication de batteries pour les voitures électriques ainsi qu’une coopération renforcée dans le développement des systèmes d’armement européens.

L’Europe, œuvre de paix

De nombreux participants au débat ont insisté sur le rôle de l’Union européenne pour une coexistence pacifique des peuples. Reprenant cette idée, Mme Merkel a demandé que tous les acteurs veillent à ne « pas se comporter à la légère » concernant le maintien de la paix. À titre d’exemple, elle a mentionné la coopération franco-allemande qui doit se construire de génération en génération.

Sans aptitude au compromis, l’Europe ne pourra pas avancer, a affirmé la chancelière. Dans les débats sur l’Europe, il faut mettre l’accent sur les valeurs communes, ce qui inclut en particulier une discussion approfondie sur le rôle de la démocratie.

Des citoyens engagés

En amont du débat avec la chancelière, les participants choisis par deux journaux régionaux avaient eu l’occasion de formuler leurs opinions sur l’Europe au cours d’un atelier animé par un présentateur. De nombreux thèmes y avaient été esquissés qui ont pu être ensuite approfondis avec Mme Merkel.

Pourquoi les dialogues citoyens ?

Les dialogues avec les citoyens sur l’avenir de l’Europe font partie d’un grand débat politique dans toute l’Europe auxquels participent tous les États membres de l’Union européenne excepté le Royaume-Uni. La chancelière et les ministres fédéraux prennent part à un cycle de consultations dans toute l’Allemagne. Leurs « dialogues » sont complétés par d’autres événements organisés par des partenaires de la société civile.

Les sujets étaient-ils fixés à l’avance ?

Les participants ont eu le droit de poser ouvertement leurs questions. Pour mieux structurer le débat, les grandes questions suivantes figuraient cependant au cœur de la rencontre à Iéna :

·       Comment les citoyens européens vivent-ils l’Europe au quotidien ?

·       Quel rôle l’Europe joue-t-elle pour l’Allemagne dans son ensemble ?

·       À quoi l’Europe de demain devrait-elle ressembler ?

La chancelière fédérale avait ouvert ces dialogues citoyens sur l’Europe le 7 mai 2018. Elle avait alors évoqué les défis auxquels l’Europe doit faire face avec des élèves de l’école Jane Addams de Berlin dans le cadre de la Journée des projets européens qui y était organisée.

Que fera-t-on des résultats ?

Les résultats des dialogues citoyens du gouvernement fédéral et des partenaires de la société civile seront rassemblés et ils feront l’objet d’une évaluation scientifique par un prestataire indépendant. Le gouvernement fédéral tiendra compte de ces résultats pour contribuer à façonner l’Europe de demain et sa politique européenne. Les résultats nationaux sont dans un premier temps considérés séparément. Puis ils seront regroupés pour tous les États membres et présentés lors du Conseil européen qui réunira les chefs d’État et de gouvernement au mois de décembre prochain.

La Commission européenne complète les dialogues citoyens sur l’avenir de l’Europe dans les États membres par une consultation en ligne.