Hommage à un grand Européen

Cérémonie d’hommage à Helmut Kohl Hommage à un grand Européen

Une cérémonie d’hommage européen est organisée pour la première fois dans l’histoire de l’Union européenne. Le 1er juillet, l’Europe rendra hommage à l’ancien chancelier Helmut Kohl au Parlement européen de Strasbourg. Auront ensuite lieu en Allemagne un convoi funèbre, un requiem à la cathédrale de Spire ainsi qu’une escorte d’honneur militaire.

Le chancelier fédéral Helmut Kohl

Pour Helmut Kohl, l'unité allemande et l'intégration européenne étaient indissociables.

Photo : Bundesregierung/Reineke

Le samedi 1er juillet seront célébrées, à Strasbourg et à Spire, les obsèques de l’ancien chancelier fédéral Helmut Kohl. C’est la première fois dans l’histoire de l’Union européenne que la Commission européenne, le Parlement européen et le Conseil de l’Union européenne invitent à une cérémonie d’hommage européen.

Antonio Tajani, Jean-Claude Juncker et Donald Tusk, respectivement présidents du Parlement européen, de la Commission européenne et du Conseil européen, prononceront un discours, de même que l’ancien président américain Bill Clinton, le président français Emmanuel Macron et la chancelière fédérale Angela Merkel.

La cérémonie d’hommage européen débutera à 11 heures au Parlement européen de Strasbourg et se terminera à 13 heures.

Obsèques en Allemagne

Auront ensuite lieu, dans l’après-midi et la soirée du 1er juillet, les obsèques en Allemagne. Un requiem à la cathédrale de Spire sera suivi d’un dernier hommage rendu au défunt par un détachement d’honneur de la Bundeswehr. La chancelière fédérale et d’autres représentants des organes constitutionnels y participeront.

La dépouille de l’ancien chancelier doit être ramenée en Allemagne en hélicoptère. Le cortège funèbre partira de Ludwigshafen à 14 h 45 et se poursuivra sur le Rhin en direction de Spire à bord du MS Mainz et de navires d’accompagnement. La messe pontificale de requiem est prévue à 18 heures à la cathédrale de Spire. Une grande escorte d’honneur militaire se formera à partir de 19 h 45 sur le parvis de la cathédrale.

Le défunt sera inhumé dans l’intimité dans le parc Adenauer, cimetière du chapitre de chanoines de Spire.

Mise en berne des drapeaux dans toute l’Allemagne samedi

Comme l’ont annoncé la Présidence fédérale et le ministère fédéral de l’Intérieur dans une déclaration commune et conformément aux vœux de la veuve du défunt, il n’y aura pas d’autre cérémonie nationale.
Le ministère fédéral de l’Intérieur a en outre annoncé la mise en berne des drapeaux dans toute l’Allemagne samedi, à l’occasion des obsèques de Helmut Kohl.

Hommage du Bundestag à l’ancien chancelier

Si l’unité pacifique de notre pays dans une Europe libre et en paix est devenue réalité, c’est essentiellement à Helmut Kohl que nous le devons. C’est ce qu’avait souligné le président du Bundestag Norbert Lammert jeudi dernier (22 juin) lors de l’hommage à la mémoire de l’ancien chancelier fédéral.

Si l’unité pacifique de notre pays dans une Europe libre et en paix est devenue réalité, c’est essentiellement à Helmut Kohl que nous le devons. C’est ce qu’a souligné le président du Bundestag lors de l’hommage à la mémoire de l’ancien chancelier fédéral.

« Le fait que nous lui rendions hommage ici, dans le bâtiment du Bundestag, au cœur de Berlin, capitale de l’Allemagne unifiée, aurait été inimaginable sans les mutations de l’histoire du monde qui sont indissociablement liées à son nom », a-t-il affirmé.

Le président du Bundestag a évoqué le grand élan de sympathie manifesté chez les voisins de l’Allemagne et les réactions suscitées à travers le monde par la mort d’Helmut Kohl, ce qui, estime-t-il, souligne la contribution remarquable de l’ancien chancelier en tant que citoyen d’honneur de l’Europe.

Discours d’Angela Merkel à Strasbourg

La chancelière fédérale debout à côté du ministre fédéral des Affaires étrangères Sigmar Gabriel au Bundestag pendant la minute de silence en hommage à l’ancien chancelier fédéral Helmut Kohl

La chancelière fédérale Angela Merkel et le chef de la diplomatie allemande Sigmar Gabriel ont pris part à l’hommage rendu à Helmut Kohl au Bundestag.

Photo : Bundesregierung/Schacht

Une cérémonie d’hommage européen se tiendra au Parlement européen de Strasbourg en mémoire de l’ancien chancelier Helmut Kohl. La chancelière fédérale y prononcera elle aussi un discours, a déclaré le porte-parole du gouvernement fédéral, Steffen Seibert, mercredi lors de la conférence de presse gouvernementale.

Après cet hommage européen, une cérémonie d’adieu officielle aura lieu en Allemagne. Un requiem à la cathédrale de Spire sera suivi d’un dernier hommage rendu au défunt par un détachement d’honneur de la Bundeswehr. Comme le souhaite la veuve du défunt, il n’y aura pas d’autre cérémonie nationale. Les préparatifs des obsèques se font en contact étroit entre le gouvernement fédéral et la veuve d’Helmut Kohl, les institutions européennes et le gouvernement français, selon M. Seibert.

L’Europe, un projet de paix

Avec cette première cérémonie européenne organisée au Parlement européen, l’Union européenne rend hommage à un Européen convaincu pour lequel le projet de paix européen n’était pas seulement une affaire de raison mais une affaire de cœur.

Helmut Kohl était adolescent au moment de la guerre. L’idée qu’il ne devait plus jamais y avoir de guerre en Europe constituait le socle de toute son action politique. À ses yeux, cette idée de paix devenait réalité dans une Europe unie.

« Pour lui, comme pour son compagnon de route le plus proche, François Mitterrand, l’Europe a toujours constitué un projet de paix », a déclaré le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, en hommage à l’œuvre d’Helmut Kohl. « Dans tous les domaines politiques que l’ancien chancelier a abordés, il n’a jamais oublié que le projet européen avait sauvé notre continent après les deux guerres mondiales. Il ne s’agissait pas seulement pour lui d’une question de prospérité, mais aussi et surtout d’assumer la responsabilité commune de l’avenir. »

Développement de la Communauté européenne

Dès le début de la première présidence allemande du Conseil de la Communauté européenne (CE) en 1982, Helmut Kohl a plaidé pour le développement politique de la Communauté. Pendant son mandat, il a agi en faveur du développement du marché intérieur européen, de la politique étrangère européenne et de la concertation européenne dans les questions de sécurité. Il voulait préserver l’indépendance de l’Europe et renforcer sa sécurité.

Unité allemande et construction européenne

Aux yeux d’Helmut Kohl, l’unité allemande et l’intégration européenne étaient les deux faces d’une même médaille. Sans la décision en faveur de l’intégration européenne, la réunification allemande n’aurait pas été possible. Une Allemagne forte à nouveau inquiétait les autres pays. Helmut Kohl parvint cependant à convaincre les autres chefs d’État et de gouvernement qu’une Allemagne unie ne pouvait qu’être fermement ancrée dans l’Union européenne.

Selon Angela Merkel, l’œuvre d’Helmut Kohl a été déterminée par les deux plus grandes missions de la politique allemande des dernières décennies, à savoir « le rétablissement de l’unité de notre pays et l’unification de l’Europe. Helmut Kohl savait que les deux choses étaient indissociablement liées, et il a servi ces deux causes comme aucun autre ».

Sigmar Gabriel a lui aussi rendu hommage au legs politique d’Helmut Kohl pour l’Allemagne et pour l’Europe : « Il fut un grand homme d’État, un grand homme politique allemand et, avant tout, un grand Européen qui a beaucoup fait pour que non seulement l’unité allemande devienne réalité mais aussi pour que l’Europe s’unifie », a-t-il déclaré.

Hommage aux services rendus à l’Europe

Helmut Kohl s’est vu décerner le titre de « citoyen d’honneur de l’Europe » pour ses réalisations en faveur de la coopération européenne et en tant que l’un des « pères de l’euro ». Cette distinction n’est que très rarement attribuée par les dirigeants des États membres de l’Union européenne. Outre Helmut Kohl, seuls Jean Monnet et Jacques Delors l’ont reçue jusqu’ici pour leurs services rendus à l’Union européenne.

En novembre 1988, l’ancien chancelier fédéral Helmut Kohl et le président français François Mitterrand s’étaient vu décerner le Prix international Charlemagne d’Aix-la-Chapelle pour leur engagement en faveur de l’unification européenne.