Réunion des groupements économiques du G7

Engagement pour des normes exigeantes à l'international

La chancelière fédérale Angela Merkel a dit se réjouir que le secteur économique entende respecter les normes de l'OCDE pour une action responsable des entreprises partout dans le monde. .

La chancelière fédérale Angela Merkel fait visiter la salle du conseil des ministres aux représentants économiques des pays du G7

Angela Merkel rencontre les représentants de l'économie en préparation de la présidence allemande du G7

Photo : Bundesregierung/Steins

Pendant cette phase préparatoire du sommet du G7, elle a échangé avec les représentants économiques des pays du G7 (alternativement nommés « B7 ») concernant les principes sociaux et écologiques dans le commerce international

« Nous partageons des valeurs fondamentales telles que la démocratie, l'État de droit, le respect des droits de l'homme, la liberté et l'ouverture de nos sociétés ainsi que la confiance dans l'économie de marché », a résumé Ulrich Grillo, président de la Fédération de l'industrie allemande (Bundesverband Deutscher Industrien - BDI), concernant les principes du B7. C'est sur cette base que l'on doit faire avancer le programme mondial.

La chancelière accepte les recommandations

« Innovation industrielle pour un monde durable » : ainsi s'intitule le document de 21 pages que les représentants du B7 ont remis à la chancelière fédérale.

Ce document contient des recommandations relatives à des thèmes tels que la durabilité des chaînes d'approvisionnement mondiales, la politique climatique et énergétique, l'utilisation efficace des ressources ainsi que la politique de santé. Ce sont également là les thèmes sur lesquels les participants ont échangé en priorité avec la chancelière.

Économie, climat et santé

Les sept groupements économiques font corps derrière les accords de libre-échange. Selon M. Grillo, ceux-ci seront source de grands avantages pour toutes les parties impliquées car, a-t-il ajouté, dix milliards de dollars américains de droits de douane annuels sont actuellement perçus dans le commerce transatlantique. Ceux-ci pourraient par exemple être supprimés.

L'unanimité règne également quant à l'application le plus tôt possible de l'accord de l'OMC sur la facilitation des échanges. « Je me réjouis que les groupements industriels du B7 se soient prononcés pour le respect des normes de l'OCDE partout dans le monde. Il s'agit d'un sujet qui nous occupe beaucoup », a confirmé Angela Merkel.

Les normes de l'OCDE englobent une liste de sujets qui définissent un comportement responsable des entreprises (Corporate Social Responsibility). Ces normes sont appliquées partout où opèrent des entreprises multinationales. Les principes directeurs en sont un outil important pour organiser la mondialisation.

La discussion concernant une énergie sûre, abordable et propre figure à l'ordre du jour mondial, comme l'ont souligné la chancelière et le président du BDI lors de leur conférence de presse commune. L'exigence d'une égalité de la concurrence ne doit pas être menée uniquement à l'échelle nationale ou européenne. Toutes les parties doivent apporter une « contribution comparable, ambitieuse et vérifiable ».

La chancelière fédérale a salué la volonté des représentants du B7 d'accompagner de façon positive et engagée le sommet des Nations Unies sur le climat qui se déroulera à la fin de l'année à Paris. Créer des conditions-cadres égales au niveau international est selon elle « le meilleur environnement concurrentiel pour l'économie mondiale ».

Angela Merkel et Ulrich Grillo ont également manifesté leur engagement en faveur du « Vision Zero Fund ». Il s'agit d'un nouveau fonds d'assurance visant à soutenir les victimes et leurs familles après un accident de travail. Il veillera en outre, par l'amélioration de la sécurité du travail et par des mesures de prévention internes aux entreprises, à réduire le nombre d'accidents de travail. Mme Merkel a salué le fait que les représentants du B7 s'investissent en ce sens au niveau mondial.