Dialogue des contraires

Œuvres d'art allemandes et françaises Dialogue des contraires

Elles étaient des best-sellers culturels à l'importation et à l'exportation en France et en Allemagne : environ 160 œuvres d'art impressionnistes et expressionnistes « racontent » leur histoire à la Alte Nationalgalerie. La déléguée du gouvernement fédéral à la Culture et aux Médias Grütters a inauguré l'exposition « ImEx ».

La Alte Nationalgalerie sur l'Île aux Musées à Berlin

La Alte Nationalgalerie propose l'exposition ImEx jusqu'au 20 septembre

Photo : Pierre Adenis/laif

« Le fondement de toute beauté repose sur une certaine harmonie des contraires », disait autrefois Thomas d'Aquin. L'exposition « ImEx », qui présente à Berlin une sélection inhabituelle de paires d'œuvres françaises et allemandes issues de l'impressionnisme et de l'expressionnisme, montre à quel point il avait raison.

Sous le parrainage commun de la déléguée du gouvernement fédéral à la Culture et aux Médias Monika Grütters et de son homologue française Fleur Pellerin, la Alte Nationalgalerie présente, à côté des œuvres issues de sa propre collection, des tableaux provenant notamment du musée d'Orsay de Paris et du Metropolitan Museum of Art de New York. L'exposition accueille les visiteurs jusqu'au 20 septembre.

La Nationalgalerie appartient, avec ses six établissements, aux Musées d'État de Berlin (Staatliche Museen zu Berlin). Elle fait ainsi partie de la Fondation du patrimoine culturel de Prusse (Stiftung Preußischer Kulturbesitz - SPK). La SPK est soutenue conjointement par la Fédération et par les Länder, à hauteur de près de 152 millions d'euros au total en 2015, dont 114 millions proviennent du budget de la déléguée du gouvernement fédéral à la Culture et aux Médias.

Découvrir ce qui unit dans les différences

« C'est précisément dans ce dialogue direct entre les deux courants que se reflète à quel point les liens franco-allemands sont raffinés et profonds sous la surface », a déclaré Monika Grütters lors de son discours d'inauguration, ajoutant que ce lien culturel était la base d'une étroite coopération de politique culturelle dans de nombreux autres domaines également.

La déléguée a aussi souligné l'intense coopération dans d'autres domaines culturels. « En littérature par exemple, nous distinguons grâce au prix Franz Hessel des auteurs allemands et français qui œuvrent pour l'amitié franco-allemande. » L'étroit partenariat en matière de politique cinématographique contribue lui aussi à cette amitié, a poursuivi Mme Grütters. « Nous avons pu à nouveau le constater tout récemment lors de la dernière édition de la Berlinale, où ont été présentées de nombreuses coproductions franco-allemandes. »

La déléguée à la Culture a également fait référence à la coopération de politique culturelle qui unit l'Allemagne et la France au niveau européen, par exemple dans l'adaptation du droit d'auteur à l'ère numérique.

Les échanges culturels vivent d'initiatives privées

La cérémonie d'inauguration de cette journée a été organisée par l'Association des amis de la Nationalgalerie (Verein der Freunde der Nationalgalerie). Outre les chefs d'œuvre de l'ImEx, un programme franco-allemand de haute volée comprenant des conférences et des lectures attendait les invités. Les partenaires et sponsors de l'exposition sont le Meisterkreis et son pendant français, le Comité Colbert.

« Mon homologue Fleur Pellerin et moi nous accordons sur la grande valeur des multiples échanges culturels entre nos deux pays. Les initiatives de donateurs, connaisseurs et amateurs privés contribuent également de manière essentielle à l'animation du vivre ensemble franco-allemand. C'est pourquoi je me réjouis que le Comité Colbert ait répondu à l'invitation du Meisterkreis et de l'Association des amis de la Nationalgalerie », a souligné Monika Grütters.