À performances égales primes égales

Olaf Scholz rencontre les dirigeants de la DFB À performances égales primes égales

Le chancelier fédéral Olaf Scholz a rencontré le président de la Fédération allemande de football (DFB) Bernd Neuendorf, sa vice-présidente Célia Šašić et son directeur sportif Oliver Bierhoff, notamment pour discuter de rémunération égale entre les femmes et les hommes des équipes nationales de football allemandes.

À la DFB, Olaf Scholz visite les vestiaires féminins en compagnie de Célia Šašić, vice-présidente de la Fédération allemande de football en charge de la diversité et de la pluralité.

La vice-présidente et ancienne joueuse nationale Célia Šašić fait visiter les vestiaires au chancelier.

Photo : Gouvernement fédéral/Kugler

L’équipe d’Allemagne féminine de football est restée pendant des années dans l’ombre de l’équipe masculine. Bien que souvent excellentes, les performances fournies dans le passé par les femmes ont toujours été nettement moins bien rétribuées que celles de leurs camarades masculins.

Aux yeux d’Olaf Scholz, il est primordial de promouvoir l’égalité de traitement entre les femmes et les hommes dans notre société. Cela vaut également pour le sport, en particulier pour les équipes nationales qui, à travers leurs résultats sportifs, représentent l’Allemagne avec brio. Comme en témoigne récemment leur parcours grandiose à l’Euro féminin 2022, les footballeuses méritent davantage d’intérêt et de respect. Visibilité, égalité des chances et franche acceptation valorisent le football féminin en Allemagne. L’euphorie notable pendant le Championnat d’Europe féminin devrait donner un nouvel élan qui profitera à de nombreuses filles et jeunes femmes.

Une discussion nécessaire sur l’égalité des primes

Le chancelier fédéral souligne depuis longtemps l’importance d’une évolution vers des primes égales pour les joueuses et joueurs des équipes d’Allemagne nationales, entre autres aux Championnats d’Europe et du monde. « J’estime que le principe de la rémunération égale à performances égales constitue une marque forte de reconnaissance des prestations sportives », a affirmé M. Scholz. D’où l’importance, selon lui, d’aborder sans tarder avec la DFB le sujet de « l’égalité de rémunération ». C’est ce qui l’avait amené, lors de l’Euro féminin, à prendre rendez-vous avec les dirigeants de la DFB.

Cette réunion s’est tenue mardi au siège de la DFB à Francfort-sur-le-Main. Il s’agissait d’un premier échange sur des options possibles qui tiendraient compte de manière appropriée des intérêts légitimes des joueuses. À l’issue de la réunion, le chancelier a souligné : « L’Euro féminin et la finale à Wembley ont suscité beaucoup d’enthousiasme pour le jeu de l’équipe qui a représenté notre pays avec beaucoup de succès. Nous avons, bien sûr, également discuté du soutien que nous pouvons continuer à apporter pour inciter encore davantage de filles et de jeunes femmes à pratiquer le football. Or il est évident que les primes tiennent un grand rôle dans ce genre de tournois. »

Olaf Scholz a déclaré que son point de vue était bien connu : il estime que c’est une question de politique, à la différence des négociations salariales que des joueurs et joueuses réputés mènent ailleurs. C’est pourquoi le fait de discuter de primes égales fait sens selon lui. Il s’est réjoui que l’on soit prêt à engager une réflexion pour l’avenir.

La DFB ouverte au débat sur un système de primes

Le président de la Fédération allemande de football Bernd Neuendorf a ajouté pour sa part : « Je suis prêt du moins à aborder le sujet au sein de nos organes avec les représentantes et représentants des équipes nationales A pour voir si notre système de primes tel que nous l’appliquons depuis des décennies est toujours approprié (...) et s’il peut, le cas échéant, être adapté. Il faut cependant bien se rendre compte qu’en dépit des mêmes activités, les marchés restent très différents. Pour assurer des succès sur le long terme, il nous faut une meilleure promotion de la relève. »

Olaf Scholz et Bernd Neuendorf se sont mis d’accord pour poursuivre le dialogue sur cette question importante qu’est l’égalité de rémunération. Le chancelier fédéral a dit par ailleurs qu’il lui tenait à cœur d’engager sous peu un échange de vues personnel avec les joueuses et l’équipe d’entraînement autour de la sélectionneuse Martina Voss-Tecklenburg. Il les a invitées à la Chancellerie fédérale.

« Equal pay », l’égalité de rémunération, est un terme qui décrit notamment la revendication d’une rémunération égale des femmes et des hommes.