« Helmut Schmidt va nous manquer »

Cérémonie nationale en hommage à l’ancien chancelier fédéral « Helmut Schmidt va nous manquer »

La chancelière fédérale a rendu un dernier hommage à Helmut Schmidt qu’elle a qualifié de grand homme d’État et d’« institution » pour nous tous, toutes générations et tous partis politiques confondus.

La chancelière fédérale Angela Merkel rend un dernier hommage à Helmut Schmidt lors des funérailles nationales

Angela Merkel : je m’incline devant une personnalité d’exception

Photo : Bundesregierung/Kugler

Sa mort, dit-elle, laissera un grand vide.

« Cher Helmut Schmidt, vous allez nous manquer. » C’est par ces mots qu’Angela Merkel a terminé son discours à la mémoire de l’ancien chancelier fédéral lors des funérailles nationales.

Le pasteur principal de l’église Saint-Michel, Alexander Röder, a dirigé l’office religieux et prononcé le sermon en début de cérémonie. La disparition du grand homme d’État a touché beaucoup de monde, a-t-il déclaré. Il a comparé cette disparition avec la mort d’un bon ami. Helmut Schmidt était pour beaucoup une autorité et un exemple. Le pasteur a également rappelé les grandes responsabilités qu’Helmut Schmidt a endossées au cours de sa vie.

Après le volet religieux de la cérémonie, plusieurs éminentes personnalités ont pris la parole pour rendre au défunt un émouvant dernier hommage : le maire de Hambourg Olaf Scholz, l’ancien secrétaire d’État américain Henry Kissinger et la chancelière fédérale Angela Merkel.

À ces obsèques en l’église Saint-Michel de Hambourg prenaient part, outre la fille d’Helmut Schmidt Susanne et sa compagne Ruth Loah, quelque 1 800 invités venus d’Allemagne et de l’étranger, dont le président fédéral Joachim Gauck, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker ainsi que l’ancien président de la République française Valéry Giscard d’Estaing, ami de longue date d’Helmut Schmidt au même titre qu’Henry Kissinger.

Une disparition qui laissera des marques profondes

Sa disparition nous marquera profondément, a déclaré Mme Merkel. Sa mort a quelque chose d’irréel. Même ayant atteint ce grand âge, Helmut Schmidt restait incroyablement présent. « Son décès nous touche tous. Il était une institution pour nous tous, toutes générations et tous partis politiques confondus », a constaté la chancelière. Et elle a ajouté que la grande estime qu’on lui portait était justifiée car dans toutes ses fonctions politiques, il a assumé ses responsabilités et c’est ainsi qu’il a gagné la confiance des autres.

Angela Merkel s’est souvenue d’avoir suivi, en tant que citoyenne de RDA native de Hambourg, l’action déterminée d’Helmut Schmidt pour faire face en 1962 au raz-de-marée qui a dévasté Hambourg.

Concernant les actes terroristes de la Fraction armée rouge (RAF) en Allemagne, Mme Merkel a déclaré que lorsque l’ancien chancelier était convaincu de faire ce qu’il fallait, il le faisait. « Il était prêt lui-même à payer le prix fort », a-t-elle insisté. Helmut Schmidt refusait toute forme d’idéologie aveugle. La démocratie était sa passion. De même que l’Union européenne, a souligné la chancelière, avant de conclure son discours par cette phrase : « Cher Helmut Schmidt, vous allez nous manquer. »

Un homme audacieux, un visionnaire

Olaf Scholz a déclaré pour sa part que la ville de Hambourg n’était pas la seule à être endeuillée, mais que l’Allemagne et le monde entier s’associaient à son deuil. Il est rare qu’un homme politique ait bénéficié d’une si grande confiance, a-t-il dit avec admiration. Helmut Schmidt a toujours pris la responsabilité de ses actes, l’impératif catégorique de Kant lui servant d’orientation pour prendre des décisions difficiles. Son legs politique restera un pivot de la politique, a-t-il conclu.

Prenant la parole à son tour, l’ancien secrétaire d’État américain Henry Kissinger a déclaré que les principales qualités d’Helmut Schmidt étaient sa vision et son courage, qualités qu’il incarnait mieux que quiconque. Pour l’ex-chancelier, il était primordial d’être en accord avec sa conscience. Il a parcouru le monde et nous en a expliqué les rouages. Il était une sorte de conscience universelle, a déclaré M. Kissinger, avant de conclure en ces termes son discours très personnel : « Helmut restera à jamais un grand homme, un homme bon. »

Cortège funèbre escorté à travers Hambourg

Après les obsèques, une grande escorte d’honneur militaire formée par le bataillon de garde de la Bundeswehr a rendu un dernier hommage à la dépouille de l’ancien chancelier. Puis le cercueil a été escorté dans Hambourg jusqu’au cimetière d’Ohlsdorf où reposera Helmut Schmidt.

Helmut Schmidt s’est éteint le 10 novembre 2015 à 96 ans dans sa maison de Hambourg, sa ville natale. Il a été chancelier de la République fédérale d’Allemagne de 1974 à 1982.

Qu’est-ce qu’une cérémonie nationale ?
Les cérémonies nationales et les funérailles ou obsèques nationales sont des formes de cérémonial d’État qui sont rarement décrétées. Elles sont le plus haut hommage rendu par la République fédérale d’Allemagne à une personnalité de la vie publique en récompense de services exceptionnels rendus au peuple allemand. Les mérites du défunt sont évoqués en présence des plus hauts représentants des organes constitutionnels de la Fédération, de la famille, des compagnons de route et des amis du défunt, ainsi que d’éminentes personnalités issues du monde politique, des Églises et des milieux économiques et culturels. Des invités de marque et d’importants représentants venus d’Allemagne et de l’étranger assistent également à cette cérémonie.