Ukraine

Rétablir le dialogue politique

L'intervention de la Russie en Crimée constitue une violation au droit international, a indiqué clairement la chancelière lors d'un entretien téléphonique avec le président russe. Les chefs d'État et de gouvernement du G7 ont décidé de suspendre leurs préparatifs du sommet du G8 qui doit se tenir à Sotchi.

Soldats et véhicules militaires

Les actions de la Russie en Crimée suscitent des inquiétudes au niveau international.

Photo : picture-alliance/dpa

Le gouvernement fédéral engage toutes les parties à agir de manière responsable et à faire preuve de retenue. Il faut revenir à la diplomatie et au dialogue politique, a affirmé le porte-parole du gouvernement fédéral Steffen Seibert, à Berlin.

Violation du droit international

Outre ses nombreux entretiens téléphoniques avec le président russe Vladimir Poutine au cours des derniers jours, la chancelière fédérale Angela Merkel s'est également entretenue avec le président américain Barack Obama.

La chancelière fédérale et le président américain étaient tous deux d'avis que l'intervention russe représente une violation du droit international. Mme Merkel et M. Obama ont en outre convenu de continuer de se concerter étroitement sur cette question. Il est important que la communauté internationale parle d'une même voix. L'objectif demeure de trouver une solution politique au conflit. 

Dans le « mémorandum de Budapest » de 1994, la Russie s'était engagée à respecter l'indépendance et la souveraineté de l'Ukraine dans ses frontières existantes. Le traité sur la flotte russe de la mer Noire de 1997 fixe les conditions de la présence des forces navales russes sur la péninsule de Crimée, au nord de la mer Noire. 

Déclaration des États du G7

Les États du G7, c'est-à-dire l'Allemagne, les États-Unis, le Canada, la France, la Grande-Bretagne, l'Italie et le Japon, ainsi que les présidents de la Commission européenne et du Conseil européen, ont approuvé une déclaration condamnant la violation par la Russie de la Charte des Nations Unies et d'autres accords internationaux et appelant à un dialogue direct entre la Russie et l'Ukraine.

Dans leur déclaration, les pays du G7 (le groupe des grands pays industrialisés de 1976 à 1998) ont affirmé leur soutien à la souveraineté et à l'intégrité territoriale de l’Ukraine. Ils se sont aussi engagés à appuyer l'Ukraine dans ses efforts visant à préserver son unité et à favoriser un climat politique et économique le plus sain possible.

Les leaders du G7 ont, en outre, convenu de suspendre avec effet immédiat tous les préparatifs en vue du sommet du G8 devant se tenir à Sotchi en juin. Les réunions de préparation reprendront seulement lorsque l'environnement redeviendra « favorable à des discussions significatives au G8 », a déclaré le porte-parole du gouvernement, Steffen Seibert

Recherche d'une solution politique

Lors de leur entretien téléphonique, Angela Merkel et Barack Obama ont convenu de créer le plus rapidement possible une mission d'information et un groupe de contact, éventuellement sous la direction de l'OSCE. M. Seibert a indiqué que la chancelière et le président Poutine s'étaient entretenus « en détail de la proposition d'instituer un groupe de contact au sein duquel pourraient être représentées des organisations internationales bien établies telles que l’OSCE ou encore le Conseil de l'Europe ». Mme Merkel a également discuté avec M. Poutine de l'idée de mettre sur pied une mission d'information (« fact-finding mission »).

« De nombreux témoignages et rumeurs nous parviennent depuis la Crimée. Ce qui fait défaut cependant, c’est une évaluation objective de la situation sur la péninsule », a déclaré le porte-parole du gouvernement fédéral. C’est une bonne chose que le président Vladimir Poutine ait évoqué les deux propositions lors d’un entretien téléphonique avec la chancelière fédérale.

Protection culturelle des groupes ethniques en Ukraine

La solution politique ne devra pas uniquement prendre en compte l'intégrité territoriale de l'Ukraine, qui va de soi, mais également le fait qu'une majorité des habitants de la Crimée parlent russe et se sentent culturellement attachés à la Russie, a souligné M. Seibert.

« Cela doit également être possible et garanti au sein de l’État ukrainien. » Durant le week-end, le premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk avait donné des assurances dans ce sens à la chancelière fédérale.

Soutenir l’Ukraine sur la voie des réformes

Pour l’Allemagne et ses partenaires, il est de la plus haute importance d'aider l'Ukraine à surmonter ses problèmes pratiques et financiers immédiats. La chancelière fédérale s’est également entretenue à ce sujet de manière exhaustive avec le premier ministre ukrainien, a indiqué le porte-parole du gouvernement.

Le ministre fédéral des Finances Wolfgang Schäuble et ses homologues du G7 ont eux aussi fait une déclaration dans ce sens.

L'Ukraine se trouve actuellement face à une excellente occasion d’engager des réformes orientées vers le marché, capables de libérer le potentiel économique du pays et de créer une prospérité répartie plus équitablement. Le partenaire en mesure d’accompagner au mieux l’Ukraine sur cette voie est le FMI qui jouit d'une expérience internationale éprouvée dans ce domaine, a déclaré Steffen Seibert. « La coopération avec le FMI ouvrira la porte à d’autres soutiens, de la part de la Banque mondiale, d'autres institutions financières mais aussi de l'UE, par exemple. »

En mars, le règlement d’une facture de l’Ukraine pour du gaz livré par Gazprom sera à l’ordre du jour. Le FMI et l'UE se disent prêts à fournir une aide en ce sens, a déclaré le porte-parole du gouvernement fédéral. De premiers entretiens avec le gouvernement ukrainien à ce sujet sont déjà programmés pour cette semaine.

Sommet extraordinaire des ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne

Les ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne se sont rencontrés entre-temps à Bruxelles. Sous la direction de la haute représentante de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Catherine Ashton, ils se sont penchés sur la question de comment empêcher une aggravation de la crise en Crimée.

L’Allemagne est déterminée à soutenir une solution diplomatique en vue d’apaiser la situation en Ukraine, a souligné le chef de la diplomatie allemande Frank-Walter Steinmeier au début de la réunion de crise. Il importe à présent que les Européens s’efforcent d'établir un contact direct entre les gouvernements russe et ukrainien.

Sommet extraordinaire de l’Union européenne le 6 mars

L’Union européenne suit l’évolution de la situation avec inquiétude et appelle la Russie à faire des pas, ces prochains jours, dans le sens d'un apaisement de la situation. La Russie s’exposera sinon à des conséquences concernant ses relations avec l’UE et des sanctions seront envisagées. C’est ce qu’ont convenu les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne à Bruxelles.

Le président du Conseil européen Herman Van Rompuy a en outre décidé de convoquer un sommet extraordinaire des chefs d’État et de gouvernement de l’Union européenne sur la situation en Ukraine le jeudi 6 mars.

Partager la publication