Navigation et services

Sommaire

Lutte contre l'EI

Intervention de la Bundeswehr décidée en conseil des ministres

Le gouvernement fédéral a donné son feu vert pour une intervention de l’armée allemande en Syrie. Jusqu'à 1 200 soldats allemands doivent contribuer à mettre un terme aux agissements terroristes de l'EI. Le Bundestag doit encore approuver le mandat correspondant.

Ravitaillement d'un Eurofighter par un avion Airbus Dans le cadre de son intervention en Syrie, la Bundeswehr mettra également à disposition des avions spéciaux pour le ravitaillement en vol Photo : Bundeswehr/Ingo Bicker

Jusqu'à 1 200 soldats allemands soutiendront la coalition internationale contre la milice terroriste. Telle est la décision qui a été prise en conseil des ministres. Le Bundestag doit encore approuver le mandat.

« Depuis septembre 2014, nous faisons partie de la coalition internationale dans la lutte contre l'EI », a souligné la chancelière fédérale Angela Merkel lors de sa rencontre avec le premier ministre néo-zélandais John Key, à Berlin. Jusqu'ici, l'Allemagne a participé à la formation des Peshmergas dans le nord de l'Iraq et à la livraison d'armes. À compter de maintenant, l'Allemagne élargira sa contribution à la lutte contre l'EI à la Syrie, a indiqué Mme Merkel.

Reconnaissance, protection et logistique pour la lutte contre l'EI

L'EI représente une menace mondiale contre la paix et la sécurité internationales. Cela a été notamment consigné dans une résolution des Nations Unies. Les combattants de l'EI répandent la peur et la terreur par leur idéologie salafiste extrémiste, leurs actes terroristes et leurs attaques lourdes et systématiques dirigées contre des civils.

Dans le sillage des attentats perpétrés à Paris, la France avait demandé du renfort dans la lutte contre la milice terroriste sur les territoires sous son emprise, à savoir l'Iraq et la Syrie.

L'Allemagne met à disposition des composantes de reconnaissance, de protection et de logistique. Outre la reconnaissance par satellite, des avions Tornado permettront d'obtenir une image plus précise de la situation. Il sera ainsi également possible de détecter les mouvements transfrontaliers et de reconnaître la véritable dimension de la zone d'opérations et d'influence.

Par ailleurs, l'Allemagne fournira des avions de ravitaillement en vol, une frégate qui protégera le porte-avions français et du personnel dans les états-majors et les quartiers généraux.

La Bundeswehr vient en aide à l'armée française au Mali

Outre la lutte contre le terrorisme de l'EI, l'Allemagne prêtera également main-forte aux forces armées françaises en renforçant son engagement au Mali. Jusqu'à 650 soldats de la Bundeswehr doivent être déployés dans le cadre de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA). Par ailleurs, du personnel médical de la Bundeswehr est mis à disposition pour soulager les autorités françaises en France en cas d'urgence.

Le porte-parole du gouvernement Steffen Seibert a déclaré que « le gouvernement fédéral souligne que ce défi ne pourra pas être relevé par la seule voie militaire. L'engagement diplomatique en vue de trouver une solution à la crise en Syrie et dans la région reste essentiel ».

En plus de s'engager militairement, l'Allemagne élargira également son soutien civil et humanitaire en Syrie, en Iraq et dans les pays voisins de la Syrie afin de venir en aide aux réfugiés, aux personnes déplacées à l'intérieur du pays et à la population dans les communautés d'accueil.

« Il ne s'agit pas ici de débattre d'alternatives mal comprises, militaires ou civiles ou sur le plan de la politique étrangère ou intérieure, mais de savoir quel moyen est efficace et où. En Syrie et en Iraq, le recours à des moyens également militaires est une bonne chose et nécessaire dans la situation actuelle », a déclaré M. Seibert.

Prochaines étapes pour la mise en œuvre du mandat

Questionné sur la mise en œuvre du mandat, le porte-parole du ministère fédéral de la Défense Jens Flosdorff a répondu : « Tout d'abord, nous devons attendre la décision du Bundestag qui servira de base pour l'envoi de personnel et de matériel. »

Concernant le déploiement des Tornado et du ravitailleur, M. Flosdorff a confirmé que la base aérienne d'Incirlik, en Turquie, serait utilisée à cet effet. « Toutefois, la mission de reconnaissance des Tornado ne pourra débuter qu'une fois les conditions infrastructurelles et techniques réunies. »

Pour commencer, il est prévu de déployer six Tornado. Il se peut que d’autres bases militaires soient incluses par la suite dans le mandat, a indiqué le porte-parole du ministère fédéral de la Défense.

Sur le plan du droit international, le soutien de l’Allemagne à la France, à l'Iraq et à la coalition internationale dans leur lutte contre l'EI s'appuie sur le droit de légitime défense collective reconnu à chaque État par l'article 51 de la Charte des Nations Unies et sur les résolutions 2170 (2014), 2199 (2015) et 2249 (2015) du Conseil de sécurité des Nations Unies.
Il s'inscrit par ailleurs dans le cadre du devoir d'aide et d'assistance mutuelles des États membres de l'Union européenne aux termes de l'article 42, alinéa 7 du Traité de l'Union européenne. La participation de l'Allemagne s’effectue dans le cadre et selon les règles du système de sécurité mutuelle et collective visé à l'article 24, alinéa 2 de la Loi fondamentale.

mardi, 1 décembre 2015